See what's happening on Facebook Twitter YouTube Flickr

FIFPro-Worlds-players-union-mobile-logo

Même s’il n’était pas électif, le douzième Congrès de la Division Afrique de la FIFPro, qui s’est tenu au Zimbabwe à une portée de ballon des célèbres Victoria Falls, merveilles de la nature particulièrement impressionnantes en cette saison, a été riche d’enseignements et porteurs de messages forts pour ses quatorze membres. Cette assemblée a pointé du doigt la capacité de la Division à inventer, à innover dans des domaines aussi divers que sa gouvernance, la professionnalisation de ses membres, les prémices d’une révolution en terme d’assurance dont rêvent tous les footballeurs du continent. Elle a également fait la part belle aux avancées dites politiques avec la promesse de nouveaux accords entre les unions et leurs instances nationales, la collaboration toujours plus étroite avec la CAF ou celle, naissante, avec la Division Asie...

Une telle unanimité est rare au terme d’un Congrès ! Il n’était ainsi pas un seul délégué, présent au Zimbabwe, pour ne clamer haut et fort sa satisfaction au terme des deux jours d’échanges et de partages entre les membres de la Division Afrique. Deux jours, qui ont débuté par l’accueil, spécial et chaleureux, réservé à Stacey Naris, première femme a être devenue membre d’un Board, qui compte donc aujourd’hui six représentants puisque l’actuelle vice-capitaine de l’équipe nationale de Namibie a rejoint Magdy Adelghany, Anthony Baffoe, Cyrille Domoraux, Thulaganyo Gaoshubelwe et Geremi Njitap.

Cette satisfaction tenait autant à la forme et à la parfaite organisation de l’équipe de FUZ, orchestrée par son président, Desmond Maringwa, qu’au fond comme l’explique Stéphane Burchkalter, heureux Secrétaire général d’une Division, qui continue d’être en marche et de faire, même, la course en tête.

DA Zimbabwe family 640

Trois comités en marche...

« Nous sommes parfaitement en accord avec notre Position paper pour la période qui court jusqu’en 2021, se félicite Stéphane Burchkalter, le Secrétaire général. En terme de gouvernance, notamment, nous avions voulu responsabiliser un certain nombre de nos membres à travers la création de trois comités... »

La parole à Domo Landu, de la RD Congo, secrétaire et rapporteur du premier comité lors du Congrès et jusqu’à la fin de l’année : « Nous étudions les candidatures des pays qui souhaitent nous rejoindre et les progrès de ceux appelés à gravir les échelons au sein de la Division pour devenir, in fine, membre de la FIFPro. L’avis de notre comité sera ensuite transmis au Board qui, en toutes connaissances de cause, pourra ainsi prendre la bonne décision. Il ne s’agit pas à proprement parler d’investigation, mais nous allons assez loin dans nos recherches. Le but n’est pas de décourager les candidats, mais de déterminer leur capacité à s’inscrire dans la mission qui est la nôtre, en respectant les codes de la FIFPro. Il s’agit aussi de répondre à leurs interrogations, voire de les aider, tout en gardant assez de distance pour pouvoir remplir notre mission. »

Comme il l’a fait devant l’Assemblée, c’est Kgosana Masaseng, qui présente le deuxième comité : « Il s’inscrit dans le besoin ressenti et exprimé par nos membres de les aider à se professionnaliser et à maîtriser leurs finances, à trouver de nouvelles recettes... Nous aborderons ici tous les secteurs - les finances donc, le juridique, l’administration, la communication - en conseillant les unions qui le demandent et en organisant des formations spécifiques : la première se tiendra à la fin du mois de juin, chez moi au Botswana, et concernera la communication. Tous nos membres y seront représentés par ceux qui, au quotidien, agissent pour porter la parole de leur union, notamment sur les réseaux sociaux. Si cette formation s’adresse à l’ensemble de la Division, nous demandons également à chacun de nos membres d’offrir à leurs salariés la possibilité de se former au niveau national dans tous les domaines qui leur permettront de mieux servir et défendre les droits et les intérêts des footballeurs professionnels. »

« Le troisième comité, renchérit Stéphane Burchkalter, est un groupe de travail chargé d’aider au rapprochement avec la CAF et au ralliement des top-players, déjà bien présents et actifs au sein de la Division, mais dont il faut favoriser l’adhésion car nous avons, aujourd’hui comme hier, besoin de leur soutien. »

Car si la Division Afrique a toujours entretenu de bonnes relations avec la Confédération africaine, ponctuées par un accord de reconnaissance mutuelle et quelques engagements (2011), il convient de passer à la vitesse supérieure, d’autant que le président de la CAF y est totalement favorable et qu’il a même, en décembre dernier au Caire, encourager la Division à intensifier les relations, les échanges et les projets avec ses services.

DA Masaseng Landu 640

A comme Afrique, Asie et Assurance...

Un vent nouveau souffle en Afrique, principalement grâce au travail de chacun des membres de la Division. Et Geremi Njitap, représentant des footballeurs du continent au sein du Board de la FIFPro, en est persuadé : « Les avancées sont partout réelles ou presque. Les institutions semblent avoir compris que nous ne sommes pas leurs ennemis, que nous pouvons certes avoir des désaccords, mais que nos intérêts, c’est-à-dire ceux des joueurs que nous représentons, sont avant tout ceux du football professionnel dans chacun de nos pays. C’est pourquoi ils sont enclins, un peu partout, à engager avec nos unions des collaborations plus étroites, à signer des MoU – comme ici au Zimbabwe –ou à travailler à la mise en place d’un contrat standard et d’une chambre nationale de résolution des litiges. Il y a peu, trois pays, quatre tout au plus, avaient réussi ce que l’on pouvait considérer comme une gageure, mais voilà que l’on se met à espérer que chacune de nos unions les aura imités demain...

« C’est bien la preuve qu’il se passe quelque chose en Afrique, que les unions travaillent, que la Division Afrique avance à pas de géant. Cela nous a d’ailleurs été démontré, preuve à l’appui, lors du rapport d’activités annuel, qui a témoigné des progrès de l’ensemble de nos membres.»

C’est dans ce but qu’est née la volonté de partager les expériences, de trouver des points de convergence et de travailler en parallèle sur certains sujets avec la Division Asie, dont les associations sont, elles aussi, nées récemment et sont confrontées à la même réalité, rencontrent les mêmes problèmes, et ont elles aussi envie de trouver les meilleures solutions possibles, comme l’a expliqué Frederique Winia, SG de la Division Asie, devant un auditoire conquis.

Il l’a été également par la présentation faite par Didier Loiseau, qui a partagé avec l’assemblée sa vision d’une assurance pour l’ensemble des pays membres de la Division. Ce qui n’était qu’un projet, hier encore, prend forme et devrait se matérialiser prochainement d’autant que l’assurance fait cruellement défaut partout ou presque...

 

FIFPro is committed to protecting and respecting your privacy. To read our new Privacy and Cookie Statement, please click on the More info button. By clicking ‘Accept cookies’, you are agreeing to cookies being placed during a visit to this website.