See what's happening on Facebook Twitter YouTube Flickr

FIFPro-Worlds-players-union-mobile-logo

David Mayebi s’en est allé par un dimanche de mai, comme on quitte un terrain sur la pointe des pieds, mais avec le sentiment du devoir accompli lorsque l’on a consacré sa vie au football, d’abord comme joueur, puis comme entraîneur, dirigeant et, enfin, comme un homme engagé et déterminé au service des autres, à la tête du syndicat des footballeurs camerounais, qu’il a créé, au sein du Board de la FIFPro et de sa division Afrique...

 

David aimait bien qu’on l’appelle « grand frère », cette marque de respect que les Africains emploient pour s’adresser à un aîné. Il aimait bien que l’on vante sa sagesse, mais il n’avait pas son pareil, lui l’ancien milieu défensif de l’US Douala et des Lions Indomptables, joueur de devoir, plutôt physique comme il se décrivait lui-même, pour dribbler son monde à l’évocation de son âge et d’une année de naissance, qui évoluait selon son humeur, les circonstances et ses interlocuteurs...

C’était même devenu un jeu.

David aimait bien parler. De tout, de lui, de son épouse et de ses enfants, surtout, dès qu’il se sentait en confiance. Mais, inévitablement, chaque discussion nous emmenait au football, auquel il aura consacré sa vie, même s’il ne manquait jamais, au détour d’une phrase, de rappeler qu’il avait été « fondé de pouvoirs » dans une grande banque, une fois ses crampons rangés dans l’armoire aux souvenirs.

S’il embrassa aussi, un temps, la carrière d’entraîneur – toujours à l’US Douala -, rappelant à qui voulait l’entendre qu’il était un produit de l’école française pour avoir appris le métier – ... et « l’anatomie fonctionnelle » !!!! - lors d’une formation à Joinville-le-Pont, dans la banlieue parisienne, il offrit en 1995, deux jours avant Noël, le plus beau cadeau qui soit aux footballeurs de son pays, en créant avec quelques anciens et Roger Milla comme parrain, l’Association des Footballeurs du Cameroun, l’AFC, devenue depuis le Synafoc, le Syndicat National des Footballeurs Camerounais.

Il se jeta corps et âme dans ce qui restera l’œuvre de sa vie, passant des heures à discuter, à apprendre, à comprendre, à rêver auprès de René Charrier, vice-président de l’UNFP, qu’il appelait « mon mentor », pour mieux organiser, au Cameroun, la défense des droits et des intérêts des footballeurs.

Mayebi board 640

Fort d’une bonne vingtaine de salariés, le Synafoc est aujourd’hui la seule union africaine propriétaire de son siège social, inauguré en 2008 dans la grande banlieue de Douala. Et si David Mayebi, surnommé le « roi du pétrole brut » dans son pays, incarnait à lui seul le syndicat, il savait aussi s’entourer et préparer l’avenir, en ayant convaincu, notamment, Geremi N’Jitap et Lucien Metomo de le rejoindre au quotidien voilà quelques années déjà, bien décidé, le moment venu, à leur confier la lourde tâche qui était la sienne.

Son action pour les joueurs le conduisit aussi à s’opposer frontalement à l’ancien président aujourd’hui déchu de la Fécafoot, dont il était redevenu, l’année dernière, l’un des vice-présidents, après en avoir été « chassé » pour avoir pris fait et cause pour Samuel Eto’o, lorsque la star camerounaise dénonça le non-paiement des primes promises aux Lions par la Fédération.

Cette Fédération, qu’il a aidée à reconstruire, ces deux dernières années, pesant de tout son poids pour faire adopter les réformes nécessaires, réclamées par la Fifa, et aider à l’élection à la présidence de Tombi A Roko Sidiki, pour espérer voir le football de son pays sortir de l’ornière, tout en imposant que des membres du Synafoc puissent siéger au sein du Comité directeur.

Il prenait comme un affront personnel les moqueries sur l’organisation du football au Cameroun, même s’il ne se voilait pas la face, même s’il ne cherchait d’excuses. Il aimait profondément son pays, avait organisé au tournant des années 2000, une campagne de vaccinations contre la méningite et le tétanos, avait doté les principaux stades de défibrillateurs, avait tellement d’autres projets en tête.

Mais ce Camerounais, qui avait, dit-on, l’oreille du président Paul Biya, était aussi un serviteur de l’Afrique, convaincu qu’il fallait donner au continent toute la place qu’il mérite, reconnaître sa richesse, honorer ses élites, former ses enfants.

Premier représentant africain au sein du Board de la FIFPro, élu en 2005, il contribua logiquement à la création de la Division Afrique en 2007, dont il était naturellement l’un des leaders, n’hésitant jamais à partager son expérience avec les représentants des jeunes unions, qui voyaient en lui ce « grand frère », qu’il aimait tant être...

Et qu’il restera.

Mayebi Etoo Drogba 640

Sa complicité avec Issa Hayatou, le président de la CAF, et sa détermination à faire bouger les lignes contre vents et marées, conduisit à la signature, en février 2011 à Khartoum, d’un accord de reconnaissance mutuelle entre la confédération africaine et la Division Afrique de la FIFPro, dont il n’était pas peu fier, parce qu’il s’inscrivait dans le sens de l’histoire, parce qu’il donnait, aux footballeurs africains, des raisons de croire en un avenir meilleur...

Offrir plus que de l’espoir aux footballeurs camerounais et africains, c’était son combat quotidien. Et si, bien évidemment, il a été critiqué, voire jalousé comme tous ceux qui entreprennent et peuvent parfois se tromper, cela ne l’empêcha jamais de continuer à rugir.

Le dimanche 15 mai, David Mayebi a lâché prise. Beaucoup trop tôt. Mais sa voix résonne encore. Il est parti, mais il restera dans les mémoires des footballeurs de son pays, de tous les footballeurs africains, auxquels il aura tant donné.

Il sera à jamais parmi les membres du Synafoc, de la FIFPro et de sa Division Afrique. Et nous continuerons, tous, afin d’honorer sa mémoire, à mener les combats qui furent les siens, à lui offrir les victoires qu’il aurait tant aimées fêter avec nous, parce qu’elles servent la cause des footballeurs et du football.

« Un lion ne meurt pas, il dort... »

Dors en paix, David...

Después de hacer clic sobre 'Aceptar cookies' usted presta su consentimiento para la instalación de cookies al visitar este sitio web. ¿Quiere saber más acerca de estas cookies? Haga clic sobre el botón 'Más información'.