See what's happening on Facebook Twitter YouTube Flickr

FIFPro-Worlds-players-union-mobile-logo

Le neuvième Congrès de la Division Afrique de la FIFPro, à Windhoek (Namibie), a marqué un véritable changement dans la manière des douze unions membres de faire face commune aux problèmes qui continuent de se poser, dans la majorité des pays africains, pour la reconnaissance du statut du joueur et, notamment, pour la mise en place de contrat standard.

« Ce que j’apprécie au-dessus de tout avec la Division Afrique, confiait Theo van Seggelen, le secrétaire général de la FIFPro, c’est qu’elle se comporte comme une famille. Et, comme à l’intérieur des familles, parce qu’on aime les siens, que l’on est proche d’eux, on se parle franchement. On applaudit ce qui est bien, mais on n’oublie pas, comme Stéphane Burchkalter et Stéphane Saint-Raymond l’ont fait, d’appuyer parfois là où ça fait mal. C’est en ce sens, au-delà de la parfaite organisation de Nafpu, le syndicat namibien que je tiens à remercier et à féliciter, et d’une ambiance sérieuse, studieuse même lors des tables rondes, que j’ai été – tout comme, au demeurant, Frederique Winia, notre Directrice des relations internationales, qui m’accompagnait – entièrement satisfait et, s’il en était besoin, rassuré sur la capacité des unions africains à mener à bien leurs tâches et leurs combats présents et futurs. »

Tenu sous le haut patronage du ministre de la Jeunesse et des Sports de Namibie, et en présence, à l’heure de l’ouverture, de la totalité des partenaires sociaux du football en Namibie, ce neuvième Congrès a réuni dix des douze pays membres de la Division, mais a également ouvert la porte au Gabon et au Nigeria, deux grands pays du football continental où des associations de joueurs sont décidées et prêtes à relever le défi de la défense des droits et des intérêts des footballeurs sur un continent où ils n’ont ni la partie belle ni la vie facile...

Burch Lolo Theo 640

Stéphane Burchkalter (FIFPro Afrique), Silvester Goraseb (NAFPU) et Theo van Seggelen (FIFPro)

Après s’être résolument positionnée en soutien du Board de la FIFPro, en adoptant les dix points du plan action stratégique du syndicat mondial en faveur de l’impérieuse nécessité de revoir le système des transferts, la Division Afrique, cette fois encore à l’unanimité des membres présents, s’est engagée à accélérer le pas lors des deux prochaines années pour respecter le tableau de marche du position paper adopté en 2013 au Caire, comme l’a rappelé Stéphane Burchkalter :

« Vous l’avez voté, vous en avez accepté les termes, et si des progrès ont été effectués ça et là, le plus gros du travail reste à faire. Si vous devez restés ouverts au dialogue, il doit être constructif et, déboucher, à terme sur des avancées notables pour ceux que vous représentez. Il ne faut pas, plus, vous laisser endormir par les beaux discours, par les belles promesses, et s’il faut taper du poing sur la table, je vous demande – pour les joueurs, qui attendent tant de vous, de nous – de ne pas hésiter à le faire. La reconnaissance du statut du joueur doit rester, là où cela n’est pas encore acquis, votre priorité, comme vous devez, impérativement, agir pour la mise en place d’un contrat standard, écrit, sur lequel les chambres de résolution des litiges, que vos fédérations sont obligées de mettre en place selon l’accord que la FIFPro a signé avec la Fifa en 2006, pourront statuer.

« Vous avez le soutien des joueurs dans chacun de vos pays, comme ici en Namibie où les capitaines des équipes nationales hommes et femmes sont venus, non seulement acter de la légitimité de Nafpu, mais également vous demander d’agir au nom des footballeurs professionnels, que vous représentez. C’est fort de ce soutien, qu’il vous faut avancer, même si vous devez déplaire ici à un ministre, là à un président de Fédération ou de Ligue. Qu’importe, c’est aux demandes des joueurs que vous devez répondre, comme vous devez répondre à leurs besoins et à leurs attentes en trouvant, à l’intérieur de chacune de vos équipes, le meilleur moyen d’y parvenir.

« Pour revenir régulièrement à votre rencontre et à celle de vos staffs, je vous sais organisés et décidés à aller de l’avant. Décidés à vous battre pour défendre les droits et les intérêts des footballeurs. Ce message, les instances dirigeantes de vos pays doivent l’entendre. Elles doivent, non seulement comprendre, mais vous aider à faire en sorte que le footballeur soit respecté en Afrique, ce qui commence par le respect des accords contractuels signés... Et si ce n’est pas le cas, et si personne ne vous aide à trouver la solution, la justice saura, elle, l’imposer, comme cela a déjà été le cas dans un certain nombre de pays africains.

« Vous pouvez compter sur la Division Afrique. Elle sera alors, comme l’est depuis sa création en 2007, à côté de vous. A côté des footballeurs. Du côté de la justice et du droit ! »

2015 FIFPro Africa 640

 

Después de hacer clic sobre 'Aceptar cookies' usted presta su consentimiento para la instalación de cookies al visitar este sitio web. ¿Quiere saber más acerca de estas cookies? Haga clic sobre el botón 'Más información'.