See what's happening on Facebook Twitter YouTube Flickr

FIFPro-Worlds-players-union-mobile-logo

Les footballeurs doivent interpeller les autorités qui passent plus de temps à scruter les joueurs stars plutôt que ceux qui luttent pour gagner leur vie, d'après Philippe Piat, président de la FIFPro, le Syndicat international des joueurs.

Piat a expliqué qu'il était temps de « frappé du poing sur la table » et de s'occuper des joueurs qui ne sont pas payés depuis des mois, qui sont marginalisés ou abusés quand ils font l'objet d'une demande de transfert. Il a fait ces commentaires dans un discours d'ouverture auprès des membres de la FIFPro lors du congrès annuel tenu à Amsterdam.

Le président de la FIFPro a fait remarquer que des joueurs comme Didier Drogba, Luca Modric et Gianluigi Buffon ont soutenu une campagne de média social au cours des derniers jours pour protéger les droits de leurs pairs moins célèbres. Le revenu médian annuel d'un footballeur est de 42 000 euros, d'après des données de la FIFA diffusées en 2012. Certains joueurs ne gagnent que quelques centaines d'euros par mois.

« Comment pouvons-nous expliquer à certains joueurs qu'ils sont moins importants à nos yeux que d'autres, et que nous préférons régler les problèmes des plus riches car cela est plus simple que de lutter contre l'inégalité et l'injustice qui touchent les plus faibles ? a interrogé Piat. »

Piat s'adressait à des représentants de plus de 60 syndicats nationaux venus pour le congrès de deux jours aux Pays-Bas, où la FIFPro est basée.

En septembre, la FIFPro a déposé une plainte devant la Commission européenne contre les règlements sur les transferts de la FIFA. Les règlements contribuent au mauvais traitement des joueurs car ils permettent aux clubs de retenir sous contrat des footballeurs même s'ils ne sont pas payés pendant des mois.

Les autorités du football, qui supervisent une industrie valant plusieurs milliards d'euros, traînent depuis des années à changer les règlements qui permettraient de s'assurer que cela ne continue pas.

En dehors des ligues majeures, la FIFPro voit régulièrement des cas de joueurs menottés à des clubs et maltraités : des footballeurs battus, obligés de dormir dans les vestiaires ou de s'entraîner à minuit lorsqu'ils font l'objet d'une demande de transfert.

Certains des pires cas de mauvais traitement ont eu lieu en Russie et en Hongrie, mais des clubs profitent aussi des joueurs en Inde, en Ukraine, en Bulgarie et en Turquie. En Amérique du Sud, des joueurs sont traités comme des marchandises par des gens qui contrôlent unilatéralement leur carrière afin de profiter des frais de leur transfert.

Piat a affirmé qu'il était temps d'agir pour protéger ces footballeurs. La FIFPro représente 65 000 joueurs.

« Je n'oublierai jamais aucun joueur, a affirmé Piat. Les joueurs du monde entier comptent sur nous car nous avons promis de nous battre pour eux. Pourquoi devrions-nous continuer à nous laisser bercer par les illusions et les promesses de la FIFA, des confédérations, des ligues et des clubs. Qu'ils « nous jettent quelques miettes d'un festin réalisé sur le dos des joueurs » ne nous satisfait aucunement. »

Certains responsables du football ont perdu leur humilité et oublier que leur travail est de défendre l'intérêt des joueurs, a expliqué Piat. Il a affirmé que les enquêtes sur les affaires de corruption au sein de la FIFA constituent les « plus horribles des feuilletons ».

Le 15 décembre, la FIFPro célèbrera deux évènements : son 50e anniversaire et le 20e anniversaire de Jean-Marc Bosman obtenant le droit de devenir un agent libre à l'expiration de son contrat.

La FIFPro, qui a soutenu Bosman pendant sa bataille juridique de cinq ans, continue de défendre les intérêts des joueurs qui se trouvent dans une situation semblable à celle du joueur belge.

« Comment pouvons-nous choisir entre des joueurs parce que l'un est une star et que l'autre n'a pas été payé depuis trois mois ou plus ? a interrogé Piat. »

Después de hacer clic sobre 'Aceptar cookies' usted presta su consentimiento para la instalación de cookies al visitar este sitio web. ¿Quiere saber más acerca de estas cookies? Haga clic sobre el botón 'Más información'.