Ciara Mccormack Tv

Ready to Board: Ciara McCormack

24 avril 2021
Le programme « Ready to Board » de la FIFPRO a commencé cette semaine pour guider des femmes charismatiques vers des rôles de leadership dans l’industrie du football.

Au cours des semaines à venir, nous nous entretiendrons avec un grand nombre des 14 femmes participant au programme, en association avec « Women in Football ».

Elles viennent d’Afghanistan, d’Australie, du Danemark, du Canada, du Guatemala, d’Israël, d’Italie, des Pays-Bas, du Sénégal, de Suède, de Suisse et d’Uruguay. Le cours « Women in Football » est supervisé par certains leaders, dont son président Ebru Koksal.

La première de ces 14 femmes à laquelle nous nous sommes adressées est Ciara McCormack, membre du comité directeur de l’association canadienne de football qui vient de lancer une société pour venir en aide aux victimes d’abus dans le sport.

Elle a été élevée par des parents irlandais au Canada. Après avoir passé son diplôme d’Études des femmes à l’université de Yale, elle a poursuivi en représentant l’équipe nationale de football de République d’Irlande et a joué pour le club danois Fortuna Hjørring lors de la phase finale de la ligue des champions féminine de l’UEFA 2003.

Vous avez déjà une certaine expérience du leadership dans le football.

J’ai commencé à faire des présentations et conseiller les jeunes femmes sur la façon de gagner des bourses pour le sport dans les universités canadiennes et américaines en me basant sur mon expérience, puisque j’ai moi-même remporté une bourse dans le soccer. En 2016, j’ai lancé ma propre société TOPP Soccer. J’en suis la directrice générale et j’emplois deux autres personnes. Nous voulons encourager les jeunes joueuses et leur permettre d’identifier toutes les options qui sont à leur disposition et les aider à atteindre leurs objectifs dans le football.

Ciara Mccormack Player
Ciara McCormack, jouant pour Kolbotn (Norvège) en 2009. Crédit: Imago

Y a-t-il des obstacles pour les femmes dans le football nord-américain ?

Il y a du sexisme mais je dirais qu’il est plus subtil que dans d’autres milieux. Que ce soit au Canada ou aux États-Unis, la majorité de l’argent et du pouvoir est détenue par les hommes. Au Canada, nous sommes l’un des seuls pays au monde à avoir fait un pas en arrière en termes d’opportunité pour les femmes au cours des 15 dernières années. Par exemple, même si notre équipe nationale fait partie des 10 meilleures du monde, il y a moins d’équipes semi-pro de grande qualité qu’auparavant et nous n’avons toujours pas de ligue nationale féminine. Il parait que nous devrions nous estimer heureuses des miettes qu’on nous donne. Mais avec mes racines irlandaises, je me sens un peu comme Conor McGregor, le combattant de MMA, parce que j’ai un franc-parler. Je n’ai pas peur de prendre des coups et de les rendre.

Veuillez nous donner quelques exemples.

J’ai été lanceuse d’alerte au sujet d’un entraîneur impliqué dans l’équipe nationale canadienne en 2008 qui a été licencié dans le plus grand des silences pour harcèlement sexuel. J’ai écrit un blog exposant les faits en 2019. Je n’ai pas été victime d’abus sexuels mais je connaissais toute l’histoire et j’ai moi-même était intimidée et j’ai connu une ambiance épouvantable avec lui ainsi qu’avec de nombreux autres. Je savais qu’il n’était pas juste qu’il revienne entraîner au Canada à l’époque où la fédération parlait d’un sport sûr. Je trouvais l’hypocrisie saisissante.

Que s’est-il passé ensuite ?

Il a aussi été entraîneur de Vancouver Whitecaps et des milliers de gens ont commencé à quitter les matchs de Major League Soccer (MLS) de l’équipe car les Whitecaps n’avaient endossé aucune responsabilité dans le mal qui avait été causé. Les fans des équipes en déplacement ont commencé à faire la même chose. Nous avions essayé pendant 10 ans de faire sortir cette histoire. J’étais si reconnaissante que les gens veuillent enfin entendre de quoi il retournait. Je sais que les victimes de ce genre d’abus ont rarement la possibilité de se faire entendre. La partie la plus dure dans ce genre d’abus, c’est justement de ne pas être écouté. Après toute cette publicité, davantage de victimes sont sorties du silence, et l’entraîneur a été arrêté et inculpé pour 9 crimes sexuelles en décembre 2020.

Ciara Mccormack Hoodie
Ciara McCormack. Crédit: Cindy Goodman / North Shore News

“Entendre chacune de ces histoires personnelles, c’était comme écouter 13 extraordinaires TED Talks. ”

Est-ce que ça a été stressant d’être une lanceuse d’alerte ?

C’était accablant mais je savais à quel point nous étions chanceuses d’être enfin entendues. De fait, je suis devenue une hotline 1-800. J’ai entendu parler d’autres problèmes au Canada et dans le monde entier, ce qui m’a bien fait comprendre qu’un espace sûr pour les athlètes manque cruellement. Je suis une militante extravertie sur les réseaux sociaux depuis plusieurs années maintenant. En ce moment, je travaille au lancement d’une organisation qui permettrait un signalement sûr par des tiers et l’éducation pour les athlètes. Nous espérons un lancement d’ici la fin de l’année.

Existe-t-il quelque chose de similaire au Canada ?

À l’heure actuelle, vous ne pouvez qu’appeler la hotline de l’entité sportive. Mais les organisations sportives nationales ont un immense conflit d’intérêt. Elles choisiront d’abord leur propre survie. Les athlètes ne dirigent rien au Canada. Il n’y a pas de prise en charge de la santé mentale pour accompagner les joueurs et joueuses dans ces situations. Les coupables ne sont pas signalés à moins qu’ils ne soient inculpés pour crime sexuelle. Cela laisse une grande part aux risques et à des préjudices potentiels.

Quelle a été votre expérience de Ready to Board après cette première semaine ?

Je vis sur la côte ouest américaine, donc le programme s’est déroulé de 3 h du matin à 6 h 30 chaque jour cette semaine. D’habitude, je suis quelqu’un qui a besoin de ses huit heures de sommeil mais le temps passe si vite et ça me ravive pour le reste de la journée. Je suis époustouflée par la compétence et le courage des autres femmes. Je suis si reconnaissante d’avoir été incluse. Faire partie de la beauté de ce mouvement encourage à faire plus. Entendre chacune de ces histoires personnelles, c’était comme écouter 13 extraordinaires TED Talks.

Voulez-vous en savoir plus?

Industrie