Marta Carissimi Italy

Ready to Board : Marta Carissimi devient leader du football italien en dehors du terrain

27 mai 2021
Marta Carissimi a mis un terme à sa carrière de joueuse l'année dernière à l'âge de 33 ans, mais n'a en aucun cas quitté le football.

Au contraire, elle a créé sa propre activité de consultante en marketing sportif. Elle est l'une des 14 femmes inspirées qui participent à notre programme « Ready to Board ».

L'ancienne internationale italienne a notamment joué pour l'Inter, la Fiorentina et le Milan AC, sans oublier son passage par l'Islande. Au cours d'une carrière impressionnante de 18 ans, elle a obtenu des diplômes en gestion sportive et en ingénierie tout en travaillant pour l'entreprise d'électricité de son père à Tin.

Aujourd'hui, elle se tourne vers de nouveaux défis et, en tant que membre du comité directeur de la division du football féminin de la fédération italienne, elle est déterminée à continuer à faire la différence dans ce domaine.

Qu'est-ce qui vous a mis sur la voie de votre carrière actuelle ?

Pour moi, le football féminin incarne les valeurs les plus pures du sport. Au-delà du terrain, il représente la passion, la détermination et l'émancipation des femmes. Je me suis donc créée un travail autour de cela. J'organise des partenariats avec des entreprises pour investir dans ces valeurs et dans le football féminin, et j'ai actuellement de nombreux projets en cours, dont un avec Nintendo qui me tient particulièrement à cœur.

En tant que personne avec 18 ans d'expérience en tant que joueuse, je veux soutenir la prochaine génération. Pas seulement pour ce qui est du statut professionnel, qui doit être introduit dans le football féminin en Italie l'année prochaine, mais en fournissant de meilleures installations, en dispensant des soins de santé adéquats, en contribuant au développement des jeunes et en apportant une structure autonome. Je veux faire une vraie différence pour les footballeuses et je vais commencer par l'Italie.

Marta Carissimi Derby
Marta Carissimi, à droite, jouant dans le derby de Milan

Quelle a été votre plus grande réussite en tant que joueuse ?

Pour le football féminin en Italie, le fait que les joueuses seront considérées comme des professionnelles à partir de 2022 est une grande réussite pour toutes les personnes qui ont pratiqué ce sport en tant qu'amatrices. Notre travail et notre dévouement ont ouvert la voie, et c'est un moment dont je serai très fière.

Personnellement, j'ai réalisé l'impact que j'avais sur le jeu lorsque j'ai pris ma retraite la saison dernière. J'ai reçu beaucoup de messages de la part de mes coéquipières et de mes adversaires pour dire que jouer avec moi avait été une expérience qu'elles appréciaient.

Pour moi, c'est la plus grande victoire de ma carrière car, même si les trophées sont importants pour chaque athlète, ce n'est pas ce que vous retirez du sport qui restera dans les mémoires, mais plutôt ce que vous laissez derrière vous.

Y a-t-il des compétences que vous avez acquises en tant que joueuse qui vous servent dans votre travail aujourd'hui ?

Je dirais que l'un de mes meilleurs atouts est ma connaissance du jeu, et pas seulement du fonctionnement des ligues de haut niveau ou de l'équipe nationale, mais de tous les échelons qui y mènent.

Le football féminin est en constante évolution et je suis toujours au courant des dernières nouvelles et évolutions dans tous les aspects du jeu. En tant que joueuse, j'ai développé une véritable passion pour le monde du football féminin et, d'après mon expérience, cette passion est tout aussi utile en dehors du terrain que sur ce dernier.

“C'est formidable de rencontrer toutes ces femmes qui sont si passionnées et motivées dans leur travail. Cela a ouvert un dialogue incroyable.”

Comment pensez-vous que l'industrie du football bénéficiera d'un leadership plus diversifié ?

Je pense que la diversité est très importante au niveau de la direction, car elle permet d'aborder les projets et les questions sous des angles différents. Le fait de travailler avec des personnes ayant des antécédents et des expériences différents des nôtres favorise l'ouverture d'esprit et une compréhension plus large du secteur dans lequel nous travaillons.

Lorsque j'ai commencé à jouer en Islande, j'ai été exposée non seulement à une culture différente, mais aussi à une toute nouvelle perspective du jeu. C'était tellement plus physique, alors qu'en Italie, nous accordions plus d'attention aux compétences techniques. Ce n'était pas mieux ou moins bien, mais c'était juste une approche différente.

Je me suis adaptée et quand je suis revenue en Italie, j'étais meilleure, avec des compétences plus complètes et une meilleure vision du jeu. Je pense que c'est ce dont chaque entreprise et chaque secteur a besoin : apprendre et être guidé par différentes expériences afin de reconstituer l'ensemble du tableau et d'obtenir ainsi de meilleurs résultats.

Comment avez-vous trouvé le cours Ready to Board jusqu'à présent ?

C'est fantastique. Rien qu'après les deux premières semaines, j'ai appris énormément de choses qui seront précieuses pour ma carrière, notamment la confiance en moi que j'ai acquise dans le cadre de ce cours.

C'est formidable de rencontrer toutes ces femmes qui sont si passionnées et motivées dans leur travail. Cela a ouvert un dialogue incroyable. J'ai même reconnu certaines participantes de mon époque de joueuse. Diana Matheson et moi avions l'habitude de nous affronter au milieu du terrain pendant la Coupe de Chypre, alors qu'elle représentait le Canada. Elle est très technique et intelligente, aussi bien sur le terrain qu'en dehors !

Voulez-vous en savoir plus?

Industrie